Comment choisir le statut juridique d’une micro-brasserie

Comment choisir le statut juridique d’une micro-brasserie

Le choix du statut juridique de l’entreprise est un élément important à prendre en compte dans le projet de création d’une micro-brasserie. Décryptage des critères pour se décider.

Soyez rassurés au préalable sur trois points :

  • Le choix du statut juridique de votre micro-brasserie n’est pas anodin. Mais, ce n’est jamais ce qui déterminera la réussite ou non de votre entreprise. Au mieux, un bon choix initial vous permettra d’optimiser vos gains mais ne sauvera pas un projet bancal.
  • Le statut n’est pas irrémédiable et vous pourrez toujours en changer (même si cela engendre des frais administratifs non négligeables…)
  • Vous serez conseillés dans le choix du statut par votre CCI et surtout par votre expert-comptable. C’est d’ailleurs un bon moyen de tester les qualités professionnelles et pédagogiques de ce dernier. Si votre expert-comptable peine à vous conseiller sur ce sujet, c’est qu’il faut rapidement en choisir un autre…

Une fois qu’on a dit ça, existe-t-il un statut juridique idéal pour les micro-brasseries ?

La réponse est bien sûr non mais c’est bien de le préciser car plusieurs porteurs de projets nous la posent.

Alors, quels critères doivent permettre de faire le choix du statut juridique d’une micro-brasserie ? Voici quelques questions à se poser au préalable :

  • Quel est mon CA prévisionnel ? Si celui-ci dépasse 170 000 €, le statut d’auto-entrepreneur n’est pas autorisé.
  • Quelle est ma typologie de clientèle ? Si vous commercialisez vos bières exclusivement auprès des particuliers, le statut d’auto-entrepreneur peut avoir du sens. Si votre clientèle est constituée de professionnels, le statut d’auto-entrepreneur peut nuire à votre crédibilité. Par ailleurs, vous devrez alignez vos tarifs de ventes pros aux tarifs HT de vos concurrents.
  • Quel est mon investissement initial ? Si votre investissement d’équipement est conséquent, le statut d’auto-entrepreneur est à exclure. En effet, ce statut implique une franchise de TVA (à la vente et donc à l’achat). Ne pas récupérer la TVA sur des dépenses de plusieurs milliers d’euros est forcément très pénalisant.
  • Vais-je avoir beaucoup de charges ? En auto-entreprise, l’abattement de charges est forfaitaire. Autrement dit, vous ne pouvez plus déduire aucun frais professionnel. Dans une activité de micro-brasserie, vous allez avoir de grosses charges d’eau, d’électricité, de loyer, d’essence, d’assurance…
  • Vais-je continuer à percevoir mon allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) au début de la création de la création de ma micro-brasserie ? Un choix de statut de SAS/U ou SA(EU)RL vous permet de conserver l’intégralité de vos droits au chômage si vous ne vous versez pas de rémunération. En auto-entreprise, c’est votre chiffre d’affaires (abattement forfaitaire déduit) qui définit vos revenus.

 

Vous le voyez, le choix du statut juridique d’une micro-brasserie dépend de nombreux critères à la fois liés à la situation personnelle du créateur mais aussi à l’importance de l’investissement initial. Je le redis : ne vous torturez pas trop l’esprit sur le sujet. C’est la qualité de votre projet qui déterminera avant tout la réussite de votre micro-brasserie bien plus que son statut juridique.

Aucun commentaire

Poster un commentaire

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte